Premier amour – Ivan Tourgueniev

Premier amour

Résumé: Au début de l’été 1833, à peine âgé de seize ans, Vladimir rencontre l’amour pour la première fois dans la maison de campagne où il passe ses vacances. Zenaïde, la belle jeune fille qui l’a ébloui, est plus âgée que lui, forte et indépendante.

Note: 6/10

Critique: Cette nouvelle autobiographique d’une centaine de pages est ma première expérience dans l’oeuvre d’Ivan Tourgueniev (1818-1883).

Vladimir le personnage principal est très attachant, il est d’un caractère romantique dans le sens du XIXe siècle. Ce caractère se heurte à une réalité qui n’est pas ou plus vraiment en accord avec sa sincérité et sa douceur. L’auteur s’amuse à montrer le contraste entre les sentiments (amour, doute, jalousie) qui torturent le personnage et la nature qui l’entoure, qui elle, exprime une grande sérénité.

Les sentiments réels de Zenaïde sont mystérieux. Elle est entourée d’une cour d’hommes très différents qui se disputent ses faveurs. Vladimir alterne donc entre la satisfaction que lui procurent les moments passés avec elle et le doute et la jalousie qui le font souvent souffrir. Malheureusement, j’ai deviné assez rapidement ce qu’il en était des sentiments de Zenaïde…

La nouvelle distille également quelques éléments sociaux à travers le mariage arrangé des parents du héros et la situation financière difficile de la mère de Zenaïde. Il s’agit donc d’une découverte intéressante sans être bouleversante.

challenge XIX

Lue dans le cadre du challenge XIXe siècle organisé par Fanny du blog Dans le manoir aux livres.

Publicités

4 réflexions sur “Premier amour – Ivan Tourgueniev

  1. Je m’en souviens peu mais je me souviens avoir trouvé horrible la mésaventure qui arrive au jeune homme. Une vision assez pessimiste de l’amour !

  2. Cette nouvelle était une de mes lectures favorites au collège. Je ne me lasse jamais de la relire, cependant je suis bien d’accord avec le commentaire précédent : l’histoire d’amour n’est pas particulièrement gaie ! Par contre, j’aime bien les jeux et les fêtes entre la jeune fille et ses soupirants. Ils forment un groupe insouciant, joyeux, ça donne envie d’en faire partie aussi !

  3. Je me souviens avoir aimé, mais je crois que j’étais influencée par le fait que j’avais, lorsque j’étais encore au primaire, découvert le début dans un Je Bouquine. Chaque numéro présentait le début d’un classique sous forme de BD… et ce « Premier amour » m’avait fortement marquée à l’époque. (Je n’ai lu le texte lui-même qu’à dix-sept ans.) Ajoute à cela que j’ai un faible pour la culture russe du XIXe siècle…

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s