L’éveil de Mademoiselle Prim – Natalia Sanmartin Fenorella

L'éveil de Mademoiselle Prim

 

Résumé: Ref : 445 « Cherche esprit féminin détaché du monde. Capable d’exercer fonction de bibliothécaire pour un gentleman et ses livres. Pouvant cohabiter avec chiens et enfants. De préférence sans expérience professionnelle. Titulaires de diplômes d’enseignement supérieur s’abstenir. »
Mademoiselle Prim ne répondait qu’en partie à ce profil : bardée de diplômes et sans aucune expérience des enfants et des chiens. Elle est engagée et, après quelques heurts avec son employeur, un homme aussi intelligent et cultivé que peu délicat, elle découvre le style de vie et les secrets des habitants de Saint Irénée d’Arnois.

Note: 7/10

Critique:

Prudence Prim, très peu épanouie dans son travail de secrétaire, débarque donc à Saint-Irénée d’Arnois.  Ce village ressemble à une sorte d’utopie plutôt réactionnaire en matière de moeurs et qui accorde une grande importante à la littérature et à la spiritualité. Elle se trouve rapidement confrontée au caractère fort de son employeur uniquement nommé « L’Homme au fauteuil » qu’elle apprend à connaître au gré de discussions toujours assez tendues. Prudence semble avoir toujours peur d’être mal comprise ou cataloguée voire moquée par « L’homme au fauteuil ». Cette relation rappelle évidemment celle d’Elizabeth Bennet et Fitzwilliam Darcy dans Orgueil et préjugés de Jane Austen, le roman est d’ailleurs cité à de multiples reprises. Cela rappelle aussi les discussions de Jane Eyre avec Edward F. Rochester dans Jane Eyre de Charlotte Brontë.

La conversation à l’honneur 

Ces joutes verbales ne se limitent pas à sa relation avec « L’homme au fauteuil », en effet au gré de ses rencontres Prudence découvre de multiples aspects de cette communauté. Je ne vous détaille pas ces particularités pour ne pas gâcher votre lecture. Certains de ces éléments l’étonnent voire la choquent. Cela donne lieu à de nombreuses discussions. Le roman accorde donc une place importante à la conversation, à l’image de beaucoup de romans du XIX siècle. Prudence est donc amenée à affuter ses arguments et à se remettre en question. Cela permet ainsi de la découvrir tout en découvrant le village de Saint-Irénée d’Arnois. Enfin, sans trop vous en dire, j’ai trouvé la fin réussie! Il s’agit donc d’un roman qu’il ne faut pas juger sur son fond qui est assez réactionnaire et genré mais sur l’intérêt que suscite la rencontre entre une jeune « normale » mais insatisfaite de sa vie et cette communauté originale.

Publicités

5 réflexions sur “L’éveil de Mademoiselle Prim – Natalia Sanmartin Fenorella

  1. Orgueil et préjugés et Jane Eyre cité ? Je ne peux que noter ce titre dont la 4e de couverture me plait beaucoup ! Merci pour la découverte !

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s