La petite marchande de prose – Daniel Pennac

La petite marchande de prose

Résumé: Clara qui se marie en blanc avec un directeur de prison de 40 ans son aîné, Benjamin qui démissionne pour la cinquantième fois, la Reine Zabo qui le rattrape pour la cinquante-et-unième et Julius, le chien, qui promène sa sagesse toute langue dehors : la routine, en quelque sorte, pour la tribu Malaussène ! Mais voilà que le mariage déraille. Et Benjamin se retrouve embarqué dans une nouvelle histoire à dormir debout, l’une de ces histoires qu’il aime lire à toute sa tribu réunie en cercle autour de lui, le soir avant de dormir. Sauf que cette fois, tout est vrai…

Note: 7,5/10

Critique: J’en suis donc au tome 3 de la très célèbre saga Malaussène de Daniel Pennac. Je vous avais parlé du tome 1 Au bonheur des ogres en janvier, j’ai ensuite adoré le second tome La fée carabine. Ce troisième tome nous plonge dans le monde de l’édition tout en continuant à explorer les passés de plusieurs personnages secondaires.

Comme dans les précédents tomes, l’intrigue est complexe et entremêle l’histoire familiale des Malaussène et une enquête policière. Je ne vous donne pas plus de détails de peur de vous spoiler (et aussi parce que le déroulement de l’histoire n’est plus très clair dans ma mémoire). Bref, un drame survient dès le début du roman lors du mariage de Clara la soeur préférée de Benjamin Malaussène. Cela pousse indirectement Benjamin à accepter de servir de prête-nom à un écrivain anonyme, auteur de roman à la gloire du capitalisme triomphant. Ces ouvrages font références à la « carrière » de Paul-Loup Sulitzer en tant qu’écrivain utilisant en réalité un nègre. Le narrateur ne « charge » tout de même pas les lecteurs de ce type de romans puisque les soeurs de Benjamin par exemple, les dévorent.

On découvre ainsi à travers la « mission » de Benjamin le monde de l’édition, l’évolution du marché littéraire ainsi que le passé de l’éditrice « La reine Zabo » et la naissance de son amour particulier pour les livres. L’histoire permet également de mettre en exergue certains changements du quartier Belleville notamment la présence croissante de la population d’origine chinoise. D’autres aspect socio-culturels de la fin des années 1980 m’ont surement échappé. En parallèle de ces évolutions sociales, Daniel Pennac décrit subtilement les évolutions personnelles des membres de la tribu Malaussène, ainsi Benjamin semble à plusieurs reprises perplexe face aux choix sentimentaux (ou autre) de ses soeurs et peine parfois à comprendre les reproches de Julia/Julie.

J’ai globalement aimé cet opus, grâce notamment aux personnages de plus en plus « fouillés » et aux dialogues savoureux tout comme les réflexions de Benjamin sur la vie et la mort qui serait « Un processus rectiligne ». Comme les deux précédents il mérite plusieurs relectures. J’ai toutefois trouvé les rebondissements de la fin un peu exagérés.

Publicités

4 réflexions sur “La petite marchande de prose – Daniel Pennac

  1. J’ai dévoré la saga Malaussène, mais comme toi, j’ai trouvé que les rebondissements à la fin de ce volume était tiré par les cheveux. Bonne continuation de la saga, j’ai terminé il y a peu « Aux fruits de la passion » (http://wp.me/p12Kl4-kc) et on dit quand même au revoir à cette famille avec un peu de tristesse !

  2. « La mort est un processus rectiligne. » Une des plus jolies citation de Pennac après  » L’imagination ce n’est pas le mensonge. » (Messieurs les Enfants). Oui c’est fouilli et fouillé. Parfois tiré par les cheveux mais tellement savoureux. Et que dire de cette reine Zabo qui a une relation presque sensuelle aux livres. Qui n’est pas sans m’évoquer le portrait que faisait Yann Queffélec un jour de Françoise Verny, papesse de l’édition française. Un clin d’oeil peut-être.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s