Délivre-nous du mal – Scott Derrickson

Delivre nous du mal

Synopsis: La violence et la noirceur, le sergent Ralph Sarchie connaît bien. Flic dans le Bronx, il est chaque jour témoin du pire de la nature humaine. Ce qu’il endure a même fini par affecter sa relation avec sa femme, Jen, et leur petite fille, Christina. Pourtant, rien ne l’avait préparé à l’affaire que lui et son partenaire Butler vont découvrir. Dépassé, Sarchie va devoir s’allier à un prêtre renégat dont la foi a souvent vacillé, qui tente de le convaincre que les horribles événements qui se multiplient sont liés à des possessions démoniaques… Ensemble, le policier et le prêtre accumulent les preuves que le Mal est à l’œuvre, et Sarchie est forcé de remettre en cause tout ce en quoi il a toujours cru pour combattre les puissances occultes qui menacent la ville et sa famille…

5,5/10

Critique: J’ai un peu hésité avant d’aller voir ce film, sorti sans promo en France, il semblait être une série B de surcroît proposée en VF dans ma ville. D’un autre côté, cela faisait longtemps que je n’avais pas vu un film avec Eric Bana, et je suis amatrice de films d’horreur. Le réalisateur reprend les thèmes de lieux hantés et de possession (il a réalisé L’exorcisme d’Emily Rose et Sinister) en les transposant dans un milieu urbain poisseux.

Les thèmes surnaturels sont clairement annoncés (notamment par le titre), mais le réalisateur prend le temps de planter un contexte social difficile ainsi que la complicité du duo de policiers formé par Ralph Sarchie (Eric Bana) et son jeune binôme qui ont tous les deux « la main lourde ». L’enquête se resserre progressivement autour de trois personnes commettant des « méfaits » et de leur passé qui est progressivement dévoilé. Le film progresse assez logiquement vers des scènes plus « surnaturelles », elles sont plutôt efficaces! Certains procédés sont originaux comme l’utilisation de musique  des Doors par les esprits afin d’atteindre Ralph Sarchie.

Une psychologie un peu lourde

Parallèlement, on nous montre à quel point la vie familiale de Ralph Sarchie souffre de son métier prenant et traumatisant. Ses discussions avec le prêtre Mendoza aborde de nombreux thèmes tels que l’addiction, le « pêché », le pardon, la rédemption… Tout cela est un peu trop appuyé.

En bref, il s’agit d’un film d’horreur efficace qui a le mérite de sortir du schéma classique et de mêler les phénomènes paranormaux à une enquête policière dans un milieu urbain violent. Cependant, certains passages « psychologisants » sont un peu lourds.

Publicités

2 réflexions sur “Délivre-nous du mal – Scott Derrickson

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s