Magic in the Moonlight – Woody Allen

Magic in the Moonlight

Synopsis: Le prestidigitateur chinois Wei Ling Soo est le plus célèbre magicien de son époque, mais rares sont ceux à savoir qu’il s’agit en réalité du nom de scène de Stanley Crawford : cet Anglais arrogant et grognon ne supporte pas les soi-disant médiums qui prétendent prédire l’avenir. Se laissant convaincre par son fidèle ami Howard Burkan, Stanley se rend chez les Catledge qui possèdent une somptueuse propriété sur la Côte d’Azur et se fait passer pour un homme d’affaires, du nom de Stanley Taplinger, dans le but de démasquer la jeune et ravissante Sophie Baker, une prétendue médium, qui y séjourne avec sa mère.

Note: 8/10

Le Woody Allen de l’année est une comédie romantique bourrée de réflexions sur les apparences, la spiritualité et la possibilité d’être heureux sans Dieu ni superstitions.

Le personnage principal est comme souvent une sorte de double de Woody Allen. En effet, Wei Ling Soon est pessimiste, sarcastique et centré sur son art de magicien qui est sa seule réelle source de préoccupation et de satisfaction. Colin Firth a d’ailleurs confié dans une interview qu’il se mettait à imiter inconsciemment les expressions du réalisateur. L’acteur apporte cependant  une touche encore plus snob au personnage très british. À travers lui, Woody parvient à insérer de façon naturelle de très nombreuses réflexions acerbes sur les autres personnages et sur la condition humaine en citant notamment Nietzsche.

Cependant, sa rencontre avec la jeune Sophie Baker et sa complicité avec sa vieille tante Vanessa (très beau rôle offert à Eileen Atkins) le feront évoluer toute au long de cette comédie et parfois de façon très surprenante. Si le film est clairement une comédie romantique qui rappelle les couples qui se détestent et se chamaillent dans les films américains des 1940’s et 1950’s il propose d’autres niveaux de lecture.

Amour, magie et inquiétudes existentielles

Le film est traversé par l’angoisse et le pessimisme inhérents à la vie. Cette mélancolie peut être combattue de multiples façons. Woody Allen tourne en ridicule le quotidien de luxure promis par l’Adonis Brice (Hamish Linklater) à Sophie Baker. La pratique de la magie (ou un autre art) peut être un moyen de donner un sens à sa vie en s’appliquant à se perfectionner dans un domaine.

Cependant, le film montre bien l’insatisfaction du personnage et son besoin (in)conscient de stimulations bien plus profondes et difficiles à cerner que sont l’amour et toute forme de spiritualité, superstitions ou encore illusions . L’âge du personnage de Colin Firth et la jeunesse de sa rivale/partenaire de discussion rendent ces questions encore plus frappantes et installent une angoisse diffuse liée à la vieillesse et à la perspective de la mort.

Bref, Woody Allen réalise une comédie romantique aux dialogues à la fois drôles et profonds. il s’agit d’un film à voir et à revoir et que j’imaginerais repris sous d’autres formes (pièce de théâtre, scénario publié en livre…etc).

Publicités

10 réflexions sur “Magic in the Moonlight – Woody Allen

  1. J’ai adoré ce film ! L’ambiance, les chapeaux de Sophie Baker (magnifiques !), le retournement de situation… Un coup de coeur ! J’ai désormais très envie de découvrir toute la filmographie de Woody Allen

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s