The Giver – Phillip Noyce

Giver

Synopsis: Dans un futur lointain, les émotions ont été éradiquées en supprimant toute trace d’histoire. Seul « The Giver » a la lourde tâche de se souvenir du passé, en cas de nécessité. On demande alors au jeune Jonas de devenir le prochain « Giver »…

Note: 5,5

Il s’agit de l’adaptation d’un roman de science-fiction destiné à un public adolescent et paru en 1993. Dès sa sortie, l’acteur Jeff Bridges avait pour projet de l’adapter au cinéma en offrant le rôle du passeur à son père, l’acteur Lloyd Bridges. Cependant, l’adaptation n’a pu se faire que récemment. Le film sort donc dans l’ombre d’adaptations de romans plus récents (Hunger Games, Divergente) .

Le thème n’est pas très original, il s’agit d’un monde dans lequel les êtres humains sont privés de leurs émotions les plus fortes (jalousie, amour, haine…) et dans lequel la moindre minute de leur quotidien est organisée par les dirigeants de la communauté. Les habitations toutes identiques sont organisées de façon rationnelle comme dans la plupart des utopies. Elles rappellent certaines constructions de Le Corbusier par leur aspect épuré et fonctionnel (la Villa Savoye, la cité radieuse). L’originalité est plutôt à chercher du côté du choix du noir et blanc qui montre à quel point les personnages n’ont accès qu’à une petite facette du monde. Cet univers propose également un vocabulaire propre outre « The Giver », on peut citer « le gardien de la mémoire », « la cellule familiale », le fait d’être « élargi » ou encore l’injonction récurrente réclamant « la précision du langage ».

Le personnage de Jonas (Brenton Thwaites) découvre donc à travers des sortes de visions des moments forts vécus par des humains avant lui comme le fait d’assister à la mort d’une personne par exemple. Il ne s’agit en aucun cas d’évènements historique avec un grand H comme le laissent entendre certains synopsis ou résumés. Malheureusement les images de ces « visions » semblent avoir été récupérées sur une quelconque base de données mêlant images publicitaires et documentaires animaliers. Ce manque de travail et d’originalité nuit fortement au film puisque la force et la beauté de ces images sont censés être les sources des changements qui apparaissent chez Jonas.

En effet, cette formation de « gardien de la mémoire » modifie les idées et le comportement de Jonas qui souhaite que sa communauté récupère toute sa dimension humaine. Comme tout héros, il est plus ou moins aidé par ses deux amis Fiona et Asher. Les évènements s’accélèrent de manière un peu « facile » et manipulent quelque peu nos émotions autour du destin d’un être fragile que Jonas fera tout pour protéger.

Si on a envie d’être indulgent avec ce projet de longue date certains défauts (les images-visions, une certaine simplicité de l’intrigue) lui donne un aspect série B face à des films comme Hunger Games.

Publicités

Une réflexion sur “The Giver – Phillip Noyce

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s