Frank – Lenny Abrahamson

frank_affiche

Synopsis (Allociné): Jeune musicien rêvant d’être une rock star, Jon croise le chemin d’un groupe de pop avant-gardiste à la recherche d’un nouveau clavier. Il devient vite le protégé de Frank, leur leader, aussi fascinant que mystérieux: ce génie musical vit dissimulé en permanence sous une grande tête en papier mâché. Entre phases de doute et éclats de créativité, rapports fusionnels et crises de confiance, l’enregistrement du premier album du groupe et les concerts les conduiront dans une véritable aventure humaine de l’Irlande jusqu’au Texas !

Note: 06/10

Critique: Ce film irlandais s’inspire de l’histoire vraie de Frank Sidebottom (1955-2010) relatée dans un article de presse. Il s’agit donc d’une base assez souple qui permet au film de se détacher d’un biopic classique. Au delà de l’aspect loufoque d’une artiste se cachant en permanence dans une fausse tête, le scénario explore les thèmes de la création artistique et de l’intégration à un groupe composé de fortes personnalités.

L’histoire est racontée à travers les yeux de John (Domhnall Gleeson) jeune homme travaillant dans un bureau et habitant en banlieue, il rêve de trouver la chanson alliant une parfaite mélodie à un texte juste. Chaque instant de son quotidien est une occasion de trouver l’inspiration même s’il se contente surtout de poster des message insipides sur Twitter. Le côté « gentil » et un brin banal de l’acteur (vu dans Il était temps, Harry Potter ou encore Anna Karenine) apporte beaucoup de réalisme à ce personnage.

Il croise rapidement un groupe de musique dont les membres, outre Frank (Michael Fassbender), ont tous des personnalités très originales mais aussi des troubles psychiatriques plus ou moins importants. Ce qui aurait pu devenir une success story entre un jeune homme sain et plein de bonne volonté et ce groupe barré va donner lieu à de multiples rebondissements. Le réalisateur creuse les pistes de la création artistique tant dans sa beauté (quête de la perfection, désintérêt pour l’aspect commercial) que dans ses aspects plus difficiles (conflits au sein du groupe). Il soulève une question assez classique: les artistes ont-ils besoin de souffrir pour créer? Sont-ils nécessairement « fous »?

Le réalisateur use d’un humour noir qui nous surprend lorsque les personnages sont au plus bas.

Loin du simple biopic sur un personnage extravagant, il s’agit avant tout d’un film assez sombre et parfois déconcertant sur la création artistique au sein d’un groupe composé de personnalités explosives. Si explore les difficultés du travail artistique en groupe sans pour autant apporter de réponses « définitives ».

Publicités

2 réflexions sur “Frank – Lenny Abrahamson

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s