La isla minima – Alberto Rodriguez

Laislaminima

Synopsis (Allociné): Deux flics que tout oppose, dans l’Espagne post-franquiste des années 1980, sont envoyés dans une petite ville d’Andalousie  pour enquêter sur l’assassinat sauvage de deux adolescentes pendant les fêtes locales. Au coeur des marécages de cette région encore ancrée dans le passé, parfois jusqu’à l’absurde et où règne la loi du silence,  ils vont devoir surmonter leurs différences pour démasquer le tueur.

Ce thriller espagnol exploite au maximum ses lieux de tournage et son époque. Le résultat est un thriller classique et étonnamment sobre.

On n’imagine pas a première vue que ces paysages de rizières si dépaysants se situent à quelques kilomètres de Malaga en Espagne. Le réalisateur joue à fond cette carte, nous réservant de nombreuses surprises. Les courses poursuites dans les rizières à bord de petites voitures sont impressionnantes.

L’intrigue est relativement classique, deux jeunes soeurs plus ou moins « rebelles » voire « libérées » disparaissent un soir de fête foraine. L’histoire a un petit côté « les hommes qui n’aimaient pas les femmes » mais je ne vous en dit pas plus. Certaines aspects culturels comme la medium du village sont montrés sans être au centre de l’intrigue. Compte tenu des thèmes abordés, je trouve que le réalisateur reste sobre et ne se perd pas dans des détails scabreux.

Les policiers envoyés de Madrid ne sont pas là par choix mais ils sont déterminés à résoudre l’affaire. Selon le schéma classique l’un est jeune, légaliste et prend très à coeur l’enquête (Raul Arevalo vu dans Les amants Passagers). L’autre est plus expérimenté, assez désabusé par la nature humaine et adepte d’interrogatoires musclés (Javier Gutierrez). Les deux acteurs sont très bons en particulier Javier Gutierrez qui joue avec un naturel impressionnant. Le reste du casting est bon même si le choix de Nerea Barros actrice de 34 ans au physique de mannequin pour interpréter la mère des deux adolescentes est une mauvaise idée.

Au final, il s’agit d’un film qui exploite avec habileté l’aspect étrange et reculé du lieu. L’intrigue qui mêle des éléments sociaux et culturels reste classique et bien menée.

Publicités

2 réflexions sur “La isla minima – Alberto Rodriguez

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s