Autoportraits du Musée d’Orsay à Nancy

6ed6115acc

Le musée des Beaux-Arts à Nancy accueille actuellement et jusqu’au 31 août 2015 toute une série d’autoportraits appartenant au Musée d’Orsay. Je trouve que c’est une très bonne initiative d’établir ce type de partenariat entre des musées parisiens et les musées de province. Les oeuvres sont exposées selon le courant artistique du XIXe siècle auquel elles appartiennent (Académisme, Réalisme, Naturalisme…etc.).

Ce qui est intéressant c’est que la scénographie permet de comparer les autoportraits avec leurs sources d’inspiration. En effet, bien que très personnel, l’autoportrait est souvent l’occasion de rendre hommage aux peintres que l’artiste admire. Ainsi le peintre belge Emile Motte (1860-1931)  s’inspire d’un tableau du Greco (1541-1614) pour son autoportrait.

Portrait Dame à la fourrure - Le Greco
Portrait Dame à la fourrure – Le Greco (1577)
Emile-Motte
Etude Autopsychique – Emile Motte (1895)

 

 

 

 

 

 

 

 

Edgar Degas (1834-1917) s’est lui aussi inspiré de son « maître » Jean-Auguste-Dominique Ingres (1780-1867) sans pour autant le copier. Ces autoportraits ont en commun de représenter l’artiste jeune, au travail et assez « sérieux ». Le style est plutôt « académique ».

Autoportrait à vingt-quatre ans-Ingres (1804)
Autoportrait à vingt-quatre ans-Ingres (1804)
Portrait de l'artiste- Edgar Degas (1855)
Portrait de l’artiste- Edgar Degas (1855)

 

 

 

 

 

 

 

De nombreux autoportraits sont retravaillés par les artistes durant des années, d’autres servent de point de comparaison entre leur jeunesse et leur vieillesse. Un autoportrait très célèbre de Gustave Courbet a une histoire assez particulière. En effet, suite à une déception amoureuse le peintre s’est inspiré d’un dessin le représentant son ex-compagne et lui enlacés au pied d’un arbre pour le transformer dix ans plus tard en autoportrait morbide.

L'homme blessé Eugène Delacroix (1844-1854)
L’homme blessé Gustave Courbet (1844-1855)

L’exposition laisse donc la part belle aux autoportraits qui font référence aux modèles des artistes ainsi que leur évolution (âge, maladie, succès). On trouve également des représentations d’ateliers qui par leur importance pour les artistes représentent une forme indirecte d’autoportrait.

Pour finir, je voulais simplement partager avec vous cet autoportrait de Clémentine-Hélène Dufau (1869-1937) une peintre que je ne connaissais mais sur laquelle je vais certainement tenter d’en savoir plus.

Autoportrait (1911)
Autoportrait (1911)
Challenge XIXe
Challenge XIXe siècle
Publicités

14 réflexions sur “Autoportraits du Musée d’Orsay à Nancy

  1. Oh merci d’avoir partagé cette expo, dommage que j’habite loin de Nancy, ça m’aurait bien tenté. Je vais me renseigner pour en savoir plus !

      1. J’ai déjà juste à côté de chez moi le Louvre Lens. Je n’ai pas à me plaindre ! Et j’y ai bossé ! Le musée d’Orsay a de belles oeuvres aussi.

      2. L’expo est itinérante. Elle sera visible également ´ Clermont-ferrand et à Quimper.

        Petite correction pour l’article: il ne s’agit pas de Delacroix mais bien de Gustave Courbet pour « l’Homme blessé ».
        Merci pour le partage de cette exposition! 🙂

  2. Une très belle exposition ! Ton article est très intéressant et tu en parles très bien. J’ai adoré ma visite, une de mes amies est médiatrice au musée. J’ai juste noté une petite erreur, L’homme blessé n’est pas de De laCroix mais Gustave Courbet 🙂

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s