It’s all about love – Thomas Vinterberg

Itsallaboutlove

Synopsis (Allociné): Dans un futur proche, Lena est une patineuse new-yorkaise dépassée par la célébrité qui a remis en cause son mariage. Elle décide de raccrocher les patins, allant ainsi à l’encontre de son manager et de ses deux assistants. Après avoir cloné Lena pour assurer leurs arrières, ces derniers tentent de l’éliminer. John, son mari venu de Pologne pour demander le divorce, l’aidera à leur échapper.

Chronique:  Après avoir réalisé le radical Festen et avant le classique Loin de la foule déchaînée Thomas Vinterberg s’est fait plaisir en réalisant un film hollywoodien mêlant science-fiction, romance et questions existentielles.

Il s’est entouré pour cela de Claire Danes dans le rôle d’une patineuse fatiguée que son clan (quasi-mafieux) décide de cloner pour continuer à gagner de l’argent. Ils sont visiblement d’origine russe. Le futur ex-mari est lui un docteur en littérature polonaise brillamment incarné par Joaquin Phoenix. Le personnage est tout de suite attachant et le visage du jeune acteur dégage vraiment quelque chose. Claire Danes est plus distante et mystérieuse derrière son maquillage de patineuse. Parallèlement à leur fuite, Marcello le frère de John (Sean Penn) se trouve dans un avion et débite des phrases plus ou moins philosophiques sur l’amour, le monde…etc (quelque part entre Dieu et  Terrence Malick?). Leurs retrouvailles se déroulent alors que le climat mondial est détraqué et que de nombreuses personnes meurent dans l’indifférence car elles souffrent d’un « problème au coeur ».

Its-all-about-love-stairs

Les métaphores sur le monde moderne, la solitude et l’absence d’amour sont très nombreuses et pas toujours très fines. Le scénario est plutôt décevant, il n’avance pas réellement au delà de la situation initiale, on a l’impression que les personnages sont secoués dans une boule de neige par une force supérieure. La mise en scène est en revanche très travaillée presque trop, elle donne lieu à quelques très belle scènes notamment celles où Lena et ses clones patinent ensemble.

It’s all about Love est donc un film ambitieux, le réalisateur y condensent énormément de thèmes qui lui tiennent à coeur et sur-joue la mise en scène baroque et romantique. On pourrait déceler beaucoup d’inspirations d’auteurs tels que Stanley Kubrick mais le résultat est tout de même un peu lourd. Ce film est un peu à l’image de ce qu’est The Fountain dans la carrière de Darren Aronofsky.

Publicités

Une réflexion sur “It’s all about love – Thomas Vinterberg

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s