Harvey Milk – Gus Van Sant

Harvey-Milk

Synopsis: Le film retrace les huit dernières années de la vie d’Harvey Milk. Dans les années 70, il fut le premier homme politique américain ouvertement gay à être élu à des fonctions officielles, à San Francisco en Californie. Son combat pour la tolérance et l’intégration des communautés homosexuelles lui coûta la vie. Son action a changé les mentalités, et son engagement a changé l’histoire.

Chronique: Dans ce biopic Gus Van Sant mêle habilement le classicisme hollywoodien et l’atmosphère propre à ses films notamment Elephant

Il s’agit d’un projet de longue date dont le rôle principal a un temps été attribué à Robin Williams mais c’est bien Sean Penn qui le porte magistralement sur ses épaules. Ainsi, on découvre Harvey Milk en assureur new-yorkais d’une quarantaine d’année en train de séduire un jeune homme Scott (James Franco) dans le métro. Rapidement, le nouveau couple déménage à San Franscico et commence la lutte contre la discrimination des homosexuels  en s’affichant fièrement dans son quartier face à un commerçant homophobe.

Débute alors un longue conquête locale ponctuée de nombreux échecs au début et mise ne parallèle avec les progrès et les régressions ailleurs dans le pays. Car, à ma surprise, le film montre que les droits des homosexuels ont connu de multiples régressions dûes à des referendums proposés notamment par des mouvements chrétiens. Harvey Milk se révèle fin stratège parfois manipulateurs, parfois agaçant mais indéniablement charismatique.

Gus Van Sant insuffle des moments plus troublants concernant le vie privée de l’activiste notamment un de ses compagnons « Latino » (Diego Luna) qui est instable et très dépendant affectivement. Harvey développe une relation ambiguë avec Dan White (Josh Brolin) un autre homme politique locale. Ce dernier, catholique d’origine irlandaise représente tout le contraire de Harvey. Néanmoins ils semblent pouvoir devenir alliés et amis de façon éphémère. Cette relation d’attraction-rejet est très bien développée. La fin est très émouvante, presque intimiste.

Il s’agit donc d’un biopic très réussi même si je ne saisie pas forcément l’influence réelle d’Harvey Milk dans la société américaine et son image aujourd’hui. Le seul petit bémol est la manière dont Harvey raconte lui-même sa vie face à un enregistreur sonore, heureusement que cette technique de mise en scène disparaît durant une longue partie du film.

Publicités

6 réflexions sur “Harvey Milk – Gus Van Sant

  1. J’ai aussi beaucoup aimé ce film ! Je ne sais pas si l’impact d’Harvey Milk est aussi fort aujourd’hui aux Etats-Unis, j’imagine que pour les homosexuels il y en a un. Harvey Milk était un défenseur de la cause homosexuelle et son souhait était tout simplement de faire en sorte que tout le monde puisse vivre ensemble, quelle que soit l’orientation sexuelle. A cette époque, les discussions/débats autour de l’homosexualité étaient très virulents aux Etats-Unis. Il fait partie de ces hommes qui n’ont pas eu peur d’élever la voix pour défendre une population réprimée, c’est déjà énorme !

  2. Je l’ai regardé plusieurs fois et c’est un film qui m’émeut à chaque fois. Mais il est vrai que l’on a du mal à voir son influence aujourd’hui, qu’a-t-il laissé ? C’est dommage et ça manque en effet.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s