Le livre sur la place – Nancy – 2015

Le-livre-sur-la-place-affiche

L’ambiance de cette édition a été particulièrement euphorisante pour moi. Le livre sur la place ce sont 3 jours durant lesquels Nancy une ville très belle mais relativement petite se transforme totalement. La littérature investie toute la ville, on croise ainsi des écrivains à la gare ou dans les bars. Ces derniers sont toujours très disponibles et nous permettent d’échanger facilement avec eux, ce fut le cas par exemple avec Atiq Rahimi et Jean des Cars. Des animations ont lieu partout (Lycées, maisons de retraite) personne n’est oublié. Les files d’attentes sont parfois monstrueuses pour assister à certaines rencontres.

Comme tous les ans j’en ai profité pour me rendre à de multiples conférences que je ne vais pas résumer individuellement parce qu’elle sont assez nombreuses.

Samedi matin, ce fut l’occasion de découvrir une personnalité assez charismatique: Vladimir Fédorovski. Cet ancien diplomate a évoqué les fortes personnalités charismatiques qui composent son dernier livre La volupté des neiges. Il est consacré aux grandes histoires d’amours slaves notamment celle de Catherine II de Russie et de Potemkine. Il a souligné la liberté avec laquelle ces personnalités ont longuement dévoilé leurs  sentiments dans leur journaux intimes et dans leurs lettres. Il s’est amusé à fustiger la morosité ambiante en France, affirmant que les Français ont désormais peur de « l’amour » et des grands sentiments. Cette rencontre était très drôle et commençait dans la bonne humeur ce weekend de conférences.

Le « métier » d’écrivain au coeur des débats

Lors des autres conférences, la question du travail des écrivains et de leur quotidien a été au coeur des questions. En effet, les lecteurs présents étaient nombreux à se demander combien de temps prenait la rédaction d’un livre et si il était réellement possible de séparer l’écriture du reste de la vie quotidienne. Beaucoup d’auteurs ont souligné leur habitude précoce d’écrire (Emilie de Turckheim, Jonathan Coe) mais aussi les difficultés qu’ils rencontraient. Ils ont alors recours à certaines ruses comme celles de Monica Sabolo qui fait comme si elle n’allait pas vraiment écrire pour mieux ce lancer: cette habitude a fait lâcher un « les écrivains sont des gens compliqués » à l’une de mes voisines.

Agnès Desarthe, Emilie de Turkheim, Félicité Herzog et Monica Sabolo
Agnès Desarthe, Emilie de Turkheim, Félicité Herzog et Monica Sabolo

Avec l’expérience, le rapport d’Agnès Desarthe et Delphine de Vigan à l’écriture est plus apaisé. Elles revendiquent davantage leur statut d’écrivain et prennent leur temps entre deux livres si elles en ressentent le besoin. Lors de la conférence de Delphine de Vigan il a été question de la part de réel dans son oeuvre. Je parlerai très bientôt de son livre Rien ne s’oppose à la nuit que j’ai lu pour l’occasion.

Pour finir mon bilan je vous propose deux focus sur des écrivains que j’apprécie et que j’ai pu rencontrer:

Il s’agit tout d’abord de Carole Martinez auteure du Coeur cousu et de Du domaine des murmures. Elle revient avec un roman qui se déroule au XIVe siècle soir 200 ans après Du domaine des murmures et qui s’annonce tout aussi poétique et dépaysant.

La-Terre-qui-penche

La-terre-qui-penche-dédicace

Enfin, nous avons eu la chance de recevoir Jonathan Coe, le célèbre écrivain britannique qui a eu droit à un « show » très personnel. Il a d’abord échangé avec Muriel Barbery autour du caractère So british de ses romans. On a pu découvrir un homme plein d’humour mais aussi assez exigeant et déterminé à écrire son oeuvre malgré les mises en garde de ses proches notamment son grand-père adoré. Il a ensuite exprimé ses talents de guitariste aux côtés d’Orwell un groupe nancéien qui rencontre semble-t-il un grand succès en Grande-Bretagne et au Japon alors qu’ils sont quasiment inconnus dans leur ville d’origine.

Jonathan Coe ne chemise aubergine, à la guitare
Jonathan Coe ne chemise aubergine, à la guitare
Publicités

3 réflexions sur “Le livre sur la place – Nancy – 2015

  1. J’aime beaucoup ce genre d’événement, on en apprend toujours plus sur les auteurs et leur façon de vivre leur métier. Il y a autant de façon d’écrire et de relation à l’écriture que d’auteurs. Je viens de lire Du domaine des murmures qui à été une magnifique lecture et j’ai hâte de lire son nouveau roman !

  2. C’est la première année que je rate le Livre sur la Place depuis maintenant 3 ans, parce que je me garde pour le Salon du Livre de Paris en mars, mais ça m’a fait un petit pincement au coeur de ne pas y être ^^ L’année prochaine, j’y retourne je pense !

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s