Rien ne s’oppose à la nuit – Delphine de Vigan

rien-ne-s'oppose-à-la-nuit

Extrait: « La douleur de Lucile, ma mère, a fait partie de notre enfance et plus tard de notre vie d’adulte, la douleur de Lucile sans doute nous constitue, ma soeur et moi, mais toute tentative d’explication est vouée a l’échec. L’écriture n’y peut rien, tout au plus me permet-elle de poser les questions et d’interroger la mémoire. »

Chronique: La sortie de ce livre a été accompagnée d’énormément d’articles, d’échos, d’interviews et de prix littéraires. C’était en 2011, et aujourd’hui encore alors que Delphine de Vigan présente son nouveau roman, les interrogations autour de Rien ne s’oppose à la nuit se poursuivent. Ce fut notamment le cas au Livre sur la place.

Il faut dire que l’une des question est de savoir si TOUT est vrai dans ce le livre ou non, l’auteure maintient l’ambiguité. Si tout est vrai alors il s’agit d’un hommage particulièrement déchirant à sa mère, une femme très belle consumée par sa maladie mentale et la prise de drogue.

Mais avant de détailler la descente aux enfers de sa mère Delphine de Vigan analyse la famille nombreuse dont elle est issue. En apparence il s’agit d’une famille qui laisse chaque enfant exprimer sa personnalité et dont chaque membre respire la santé et la beauté (les enfants font des publicités pour des vêtements).

Publicité de la mère de Delphine de Vigan
Publicité de la mère de Delphine de Vigan

Mais il s’agit aussi d’une famille marquée par les décès, où les plus grands élèvent les petits. Le patriarche, Georges devient irascible au fil du temps. Ensuite, la vraie rupture pour moi a été le mariage de Lucile, à 18 ans à peine, alors que son adolescence semblait l’avoir destinée à une vie plus indépendante. À partir de là, le personnage nous échappe et on partage la souffrance de Delphine de voir sa mère passer à côté de sa vie.

rien-soppose-nuit-ORTF
La famille a fait l’objet d’un documentaire

Delphine de Vigan trouve un style simple et émouvant sans en faire trop pour évoquer les grandes étapes qui ont construit ou détruit sa mère. J’ai eu l’impression qu’elle ne disait pas tout, qu’elle nous épargnait les détails les plus sordides. Je trouve qu’elle montre bien à quel point on est prisonnier de sa famille et qu’il est quasiment impossible de s’en libérer même lorsqu’elle exerce une influence malsaine. Elle décrit brillamment l’amour que lui portent ses deux filles même si elles sont conscientes qu’elle n’est une mère comme les autres. Ce livre illustre également comment certaines anecdotes familiales peuvent paraître cruelles ou incompréhensibles au lecteur qui n’a pas tous les éléments en main. En bref, ce livre nous réaffirme à quel point il est quasiment impossible de percer les secrets d’une famille, de savoir ce que ressent chaque personne face à un évènement familial.

Il s’agit donc d’un témoignage très fort, qui peut rappeler une petite part de vécu familial à chacun mais dont on ne ressort pas indemne.

Publicités

7 réflexions sur “Rien ne s’oppose à la nuit – Delphine de Vigan

  1. Comme toi je me suis demandé ce qui était vrai et ce qui ne l’était pas. Mais finalement, ça n’a pas beaucoup d’importance. L’essentiel est que ce roman est une très belle déclaration d’amour d’une fille à sa mère. Je l’avais beaucoup aimé même si je me souviens de quelques longueurs.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s