Spectre – Sam Mendes

Spectre

Synopsis: Un message cryptique surgi du passé entraîne James Bond dans une mission très personnelle à Mexico puis à Rome, où il rencontre Lucia Sciarra, la très belle veuve d’un célèbre criminel. Bond réussit à infiltrer une réunion secrète révélant une redoutable organisation baptisée Spectre.
Pendant ce temps, à Londres, Max Denbigh, le nouveau directeur du Centre pour la Sécurité Nationale, remet en cause les actions de Bond et l’existence même du MI6, dirigé par M. 

Chronique: Ce nouvel opus reste en partie marqué par l’atmosphère crépusculaire de l’excellent Skyfall. La mort et les morts restent influents, ils sont d’ailleurs mis en scène dans la scène d’ouverture qui se déroule au Mexique. Les vengeances et les comptes à régler restent nombreux. Malheureusement, cela donne surtout la désagréable impression que le scénario se repose sur les acquis de la saga.

À cela vient se greffer une menace plus banale et dans l’air du temps: le nouveau C un technocrate antipathique (Andrew Scott de la série Sherlock) souhaite remplacer les 00 par une surveillance mondiale et permanente ainsi que des drones tant qu’on y est. James Bond va donc devoir mener ses combats avec une logistique et une aide minimes de MoneyPenny et surtout de Q (le trop chou Ben Wishaw). Cette clandestinité et cette faiblesse de moyens rappellent bien sûr Mission Impossible.

Une mise en scène brillante et rétro

Ce scénario peu inspiré et mal ficelé laisse la part belle à la mise en scène et à une certaine nostalgie. En effet, le film se présente presque comme un best of des nombreux épisodes de la saga. Une scène d’action à l’intérieur d’un train type « Orient express » est délicieusement rétro. De façon générale, j’ai adoré les scènes d’actions, Sam Mendes à défaut d’avoir eu la main sur le scénario offre beaucoup de panache à James qui ne semble n’a voir plus rien à perdre. Léa Seydoux est une James Bond Girl forte et assez mystérieuse qui n’a pas encore réglé son Oedipe. Christoph Waltz en revanche n’est pas gâté par le scénario.

Enfin le film souffre de longueurs (2h30!) et la fin est plutôt décevante.  Il s’agit donc d’un épisode qui remplit presque trop scolairement le cahier des charges de la saga et qui a le malheur de succéder à Skyfall.

A Year in England
A Year in England
Publicités

4 réflexions sur “Spectre – Sam Mendes

  1. C’est ce que laisse à penser la bande annonce donc j’attendrais le dernier moment pour aller le voir au cinéma (ou au pire je le regarderai tranquille à la maison)

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s