Mistress America – Noah Baumbach

mistress-america

Synopsis: Étudiante en première année dans une université de New York, Tracy se sent bien seule : elle ne fait ni les rencontres exaltantes auxquelles elle s’attendait, ni ne mène la vie urbaine trépidante à laquelle elle aspirait. Jusqu’au jour où elle est accueillie par sa future demi-soeur Brooke, New-Yorkaise pure et dure habitant à Times Square. Séduite par les extravagances de Brooke, Tracy découvre enfin le Manhattan dont elle rêvait…

J’avais eu un avis assez mitigé sur Frances Ha (même réalisateur, même actrice principale) qui se complaisait à décrire le monde de jeunes artistes un peu paumés. Ce nouveau film est plus cruel et plus creusé. Cependant, les dialogues interminables plombent un peu le film.

Le personnage principal est plutôt la jeune Tracy nouvelle étudiante prête à tout pour se faire des amis et se faire accepter par le club d’écriture ultra select de son université. Elle semble relativement banale et équilibrée mais rêve d’une vie plus trépidante. Un soir, alors qu’elle s’ennuie à mourir elle finit par prendre contact avec sa future soeur (leurs parents vont refaire leur vie ensemble). Brooke est plus âgée, charismatique et c’est le genre de personnes qui fait mille choses sans avoir un réel métier et qui a de nombreux projets tel qu’un « restaurant-salon de coiffure » à monter de préférence avec l’argent des autres. Le personnage aurait pu être caricatural mais ce n’est pas le cas.

Les 2 personnages passent beaucoup de temps ensemble et le film nous permet de nous demander qui « utilise » l’autre? Tracy semble suivre Brooke comme un petit chien, la soutenant dans toutes ses démarches mais parallèlement elle se sert également d’elle comme inspiration pour écrire une nouvelle.

Leurs péripéties les mènent vers une villa qui abritera un huis-clos très bavard entre eux et d’autres personnage. malgré les efforts des acteurs cette partie est très ennuyeuse et même si le film dure moins de 1h30 on s’en lasse progressivement.

Le public de Brooke est sceptique
Le public de Brooke est sceptique

Cependant, tout n’est pas à jeter, certaines remarques font mouche et les 2 personnages sont intéressantes par leurs imperfections mais aussi  le fait qu’elles prennent leurs vies en main et ne se laissent pas abattre. On trouve certains points communs avec les Woody Allen comme Annie Hall et Manhattan même si le scénario est loin d’être à la hauteur.

Au final, il s’agit donc d’un film qui vise juste par moments même si certains dialogues mériteraient d’être plus dynamiques.

Publicités

3 réflexions sur “Mistress America – Noah Baumbach

  1. Je voulais voir Frances Ha mais j’hésite soudainement.
    Je suis aussi assez mitigé sur ce film mais c’est marrant j’ai plutôt bien aimé la partie huis-clos.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s