D’après une histoire vraie – Delphine de Vigan

d-apres-une-histoire-vraie-de-delphine-de-vigan

 

Synopsis: « Ce livre est le récit de ma rencontre avec L. L. est le cauchemar de tout écrivain. Ou plutôt le genre de personne qu’un écrivain ne devrait jamais croiser.»

Chronique: J’ai chroniqué il n’y a pas très longtemps Rien ne s’oppose à la nuit de Delphine Vigan, depuis il est presque quotidiennement l’article le plus consulté de mon blog. Je mesure donc à mon échelle le tsunami qu’a pu être pour elle ce succès. Et je trouve assez audacieux de faire une mise en abyme de cette période dans son nouveau livre.

En effet, Delphine (le double en tous points de l’écrivaine) retarde sans cesse l’écriture de son prochain livre et évite lâchement d’en parler. Elle rencontre à une soirée une femme de 45 ans, blonde, sophistiquée. Elle est nègre littéraire et pense que les lecteurs n’attendent plus que des histoires « vraies ». Par son aisance, sa capacité à trouver les mots justes, elle flatte et secoue tour à tour Delphine. En soit cette rencontre est déjà un hommage à la littérature et à son pouvoir de persuasion.

Physiquement j’imagine L. comme une sorte de Valerie Trierweiler, brushingée, habillée de vêtements Tara Jarmon, orgueilleuse et solitaire. Dans le premier tiers du livre, j’ai essayé de deviner qui elle pouvait être réellement: une allégorie de la littérature? Une fan intrusive? Un membre éloigné de sa famille? Voire une personne mandatée par son éditrice pour la secouer…

Entre tragédie et film d’horreur

Puis, je me suis tout simplement laissée porter par ma lecture, la narratrice nous laisse imaginer le pire et on prend donc un malin plaisir à lire ce roman comme on regarde un film d’horreur. Il a d’ailleurs de nombreux points communs avec ce genre de films notamment à travers l’isolement de Delphine.

En parallèle, Delphine creuse les difficultés à écrire mais aussi l’enthousiasme qui peut naître lorsque l’on pense avoir retrouver l’inspiration. Delphine de Vigan rend en fait un très bel hommage à la littérature contemporaine, à la « pure fiction ». J’ai repéré plusieurs références notamment à Sur ma peau de Gillian Flynn mais je pense qu’une relecture révèlerait encore plus de détails.

Delphine de Vigan nous offre donc un roman manipulateur, une vraie fiction en 3 actes mais dans laquelle elle dissémine des morceaux de sa personnalité.

Publicités

11 réflexions sur “D’après une histoire vraie – Delphine de Vigan

  1. Je viens de le terminer. Je publie demain mon billet sur ce dernier! Je suis d’accord sur le principe de la manipulation de la part de l’auteure dans ce roman. Au plaisir!

  2. J’ai dû rater l’ouragan médiatique sur Rien ne s’oppose à la nuit, j’avais entendu le titre mais je l’ai lu par hasard (vraiment… A savoir qu’un voisin l’a laissé sur les rangées de boîtes à lettres, chose qu’on fait dans l’immeuble au lieu de jeter les livres).
    Je l’avais trouvé prenant et dérangeant, ce que tu racontes de celui-ci m’intrigue.

      1. Ah, ça peut être intéressant, je me demandais effectivement quelles avaient été les suites dans la famille…
        Le recyclage inter-immeuble, oui, ça s’est fait par hasard avec une première personne qui a fait ça avec un post-it « Servez-vous ». Depuis c’est resté. C’est aléatoire au fil des opérations de nettoyage par le vide, mais l’idée est sympathique.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s