Mary, Queen of Scots – Thomas Imbach

mary

Synopsis: Promise à François II, la reine d’Écosse Mary Stuart passe sa jeunesse en France. Mais, peu après son mariage, la maladie emporte son mari. La jeune veuve rentre en Écosse, terre glaciale et dévastée par les guerres de religion. Au même moment, sa cousine Elizabeth, dont elle revendique la couronne, est sacrée reine d’Angleterre.

Chronique: J’avais vu la Bande-annonce de ce biopic mais je l’avais un peu oublié. Je l’ai retrouvé par hasard sur Arte+7 . Il s’agit d’un film historique très original et inventif dans sa mise en scène. Il s’inspire librement la biographie écrite par Stefan Zweig.

Un tableau naturaliste

Ce film surprend par une image très naturelle presque documentaire, on ne sent pas de « filtre » qui fasse réellement cinéma. Les personnages parlent en anglais ou en français selon le contexte, Mary Stuart étant parfaitement bilingue. Le film est riche de nombreux détails qui contribuent à son réalisme, par exemple un ambassadeur d’Elizabeth Ier tient en permanence un portrait de la souveraine pour lui rappelé l’existence et de statut de celle-ci.

Mary est jeune, très belle et elle est tout de contraire de la « rigide » Elizabeth. Elle baigne dans un contexte hostile, sa cour n’en est pas vraiment une et l’instabilité est son quotidien. Passionnée elle connaîtra deux mariages d’amour. Si les émotions sont souvent fortes, on est loin des portraits hystériques qui lui sont souvent réservés.

Un jeune réalisateur prometteur

La réalisation est très belle, certaines scènes sont spectaculaires même si elles ne sont pas forcément historiquement attestées. Je pense par exemple à celle dans laquelle elle crie sa rage lors d’une balade à cheval. Les flash-backs sont également présents de manière à former un portrait sélectif mais émouvant de l’orgueilleuse souveraine. Le réalisateur capte ainsi ses doutes, ses fragilités mais aussi certains éléments de sa vie qui font sa fierté.

Ce filme donne donc chair à Mary Stuart, au delà de l’image de reine tragique, on la voit aimer, découvrir et revendiquer sa couronne sans cesse menacée par sa cousine Elizabeth. Ce premier long métrage multiplie les très bonnes trouvailles dans la mise en scène.

Publicités

7 réflexions sur “Mary, Queen of Scots – Thomas Imbach

  1. Je l’ai vu lors de sa présentation au Festival de Soleure. Je l’avais trouvé très intéressant! Le seul défaut de ce film, quand on est Suisse, c’est que l’on reconnait instantanément le Château de Chillon où ont été tournées certaines scènes et ça casse un peu le côté écossais du truc 😉

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s