Steve Jobs – Danny Boyle

steve-jobs

Synopsis: Dans les coulisses, quelques instants avant le lancement de trois produits emblématiques ayant ponctué la carrière de Steve Jobs, du Macintosh en 1984 à l’iMac en 1998, le film nous entraîne dans les rouages de la révolution numérique pour dresser un portrait intime de l’homme de génie qui y a tenu une place centrale.

Chronique: Je ne suis pas fan des films de Danny Boyle mais ce projet de biopic avec le fascinant Michael Fassbender m’avait intriguée. Il a fallu être assez patients car le projet a connu beaucoup de difficultés et retards. Mais le résultat est assez époustouflant.

L’essence du personnage

Le scénariste a fait le choix de se concentrer sur 3 lancements de produits qui montrent tous à leur manière les stratégies de Steve Jobs et sa vision à long terme. Il faut bien sûr accepter ce postulat qui imagine qu’il se passe des choses dingues durant les heures qui précédent ces lancements pourtant ultras préparés. Problèmes techniques, règlements de comptes et difficultés relationnelles avec sa fille aînée Lisa donnent lieu à des discussions cathartiques et jouissives pour le spectateur. Cela nécessite également d’avoir un minimum de connaissances sur la vie de Steve Jobs mais le résultat est bien plus intéressant qu’un biopic classique. En filigrane on comprend la vision à long terme qu’il avait de l’informatique (esthétisme, simplicité…etc) ainsi que sa fidélité en amitié malgré son caractère difficile. Son « âme soeur » professionnelle Joanna (Kate Winslet) est d’ailleurs géniale. On observe également les changements qui s’opèrent notamment par rapport à sa paternité, le Steve Jobs de la dernière partie est particulièrement émouvant.

La mise en scène est brillante, certaines scènes sont sublimes comme celle qui montre la nuit durant laquelle Steve Jobs a été viré d’Apple ou encore la scène finale. Michael Fassbender interprète parfaitement bien cet homme passionné parfois effrayant qui semble détenir les réponses à toutes les questions. On ne sait jamais très bien s’il intrigue ou terrorise son entourage. Les spectateurs, eux, semblent avoir subi un lavage de cerveau tant ils sont obsédés par les produits Apple. Le scénariste glisse donc quelques critiques sur cette course à la nouveauté. La résolution de l’écran s’adapte aux différentes époques ce qui est un clin d’oeil sympa.

Il s’agit donc d’un biopic qui revient de loin mais qui bénéficie d’un très bon scénario, d’une mise en scène qui laisse aucun répit et d’excellents acteurs.

Publicités

6 réflexions sur “Steve Jobs – Danny Boyle

  1. « On ne sait jamais très bien s’il intrigue ou terrorise son entourage.  »
    Les deux si j’en juge à quelques trucs lus sur le bonhomme…
    Pour les lancements de produits, pour bosser dans le secteur informatique même si très loin du glamour des Apple machin, il se passe toujours des trucs pas possibles juste avant, oui 😀
    Et je me souviens d’une conférence de lancement d’une version de Windows où Bill Gates a eu un écran bleu XD

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s