The Night Manager – Susanne Bier

The-Night-Manager

Synopsis: Le soldat britannique Jonathan Pine (Tom Hiddleston) est devenu directeur de nuit dans un hôtel. Il croise la route de Sophie (Aure Atika), une proche de Richard Onslow Roper (Hugh Laurie), qui opère sur le marché noir des armes. Sophie fournit à l’ancien soldat des documents incriminant Roper. Lorsqu’elle est assassinée, Pine devient un agent des services secrets et s’infiltre chez Roper pour le faire arrêter et venger la mort de Sophie.

J’ai souvent été déçue par les adaptations de John Le Carré dont les intrigues sont très alambiquées mais un peu vides de sens. Il est toujours question de trahison  mais sans que cela suscite un grand émoi chez moi comme dans La Taupe et dans une moindre mesure A very wanted man). Ici les enjeux sont plus simples: Angela Burr (génialissime Olivia Coleman) agent placardisée mais déterminée recrute un directeur d’hôtel qui n’a rien à perdre et semble même avoir une inclination pour le danger voire le masochisme. Sa mission est simple: infiltrer l’empire du trafiquant d’armes le plus détesté de l’univers (rien que ça) et récolter suffisamment d’informations pour le faire tomber.

Le scénario décrit habilement la lente transformation de Jonathan Pine à travers plusieurs changements d’identité, une prise en main par Roper qui le transforme en homme de paille sans jamais baisser la garde. La séduction de Jonathan (bien aidée par le physique et e-le charisme de Tom Hiddleston) marche à tous les niveaux: sur Roper, la compagne de ce dernier ainsi que les spectateurs.

night-manager

L’ombre d’un James Bond

Avec cette série Tom Hiddelston pose officiellement sa candidature pour incarner l’agent 007. La série emprunte  d’ailleurs de nombreux codes à la saga James Bond: on y retrouve des lieux de tournages somptueux parfaitement bien exploités par la réalisatrice (Egypte en pleine révolution, les building gris des autorités londoniennes, la villa de Roper à Majorque, les montagnes suisses, la frontière turque…). La violence est distillée progressivement jusqu’à un épisode presque entièrement consacré à la démonstration des armes si longuement évoquées.. Autour de Tom Hiddelston, Hugh Laurie compose un méchant crédible, Tom Hollander (aka Collins dans Orgueil et préjugés) poursuit son exploration des anti-héros.

Au final la série permet de développer et de moderniser le roman de John Le Carré, les enjeux sont bien posés et la fin est assez jouissive. Une série 5 étoiles.

Publicités

5 réflexions sur “The Night Manager – Susanne Bier

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s