Dans les forêts de Sibérie – Safy Nebbou

sibérie

Synopsis: Pour assouvir un besoin de liberté, Teddy décide de partir loin du bruit du monde, et s’installe seul dans une cabane, sur les rives gelées du lac Baïkal.
Une nuit, perdu dans le blizzard, il est secouru par Aleksei, un Russe en cavale qui vit caché dans la forêt sibérienne depuis des années.

Chronique: Il s’agit d’une adaptation du roman de Sylvain Tesson habitué des récits de voyages. Le point de départ est relativement banal: un trentenaire qui semble assez aisé décide de tout plaquer pour passer une durée indéterminée en Sibérie. Il souhaite fuir le bruit et l’absurdité du mode vie contemporain. On ne sait que très peu de choses sur lui et on est plongés rapidement dans l’immensité de la Sibérie ce qui est très intéressant.

raphel-personnaz-sibérie

La scène montrant l’approche de la Sibérie et la traversée en camionnette du lac gelé est superbe. La réalisation est à hauteur de personnage, en l’occurrence Teddy interprété par Raphaël Personnaz (Le temps des aveux) un acteur que j’aime beaucoup. Le film a donc une pureté et une beauté assez simple qui ne nous écrase pas comme le fait la caméra d’Alejandro G. Inarritu dans The Revenant. Le scénario est également assez épuré, au moment où l’ennui pourrait commencer à poindre, apparaît un personnage de fugitif (interprété par Evgueni Sidikhine) qui va se lier d’amitié avec Teddy.

Cet homme bourru vit de la chasse et connait toutes les subtilités du climat local. Il a tout d’un penseur russe (Léon Tolstoï, Fedor Dostoievski..etc) avec sa barbe et sa misanthropie. Il a des échanges passionnants avec Teddy. C’est très beau et finalement assez rare d’assister à la naissance d’une amitié masculine.

Au final, le film est étonnamment optimiste et lumineux comme l’illustre la musique énergique du trompettiste Ibrahim Maalouf, il offre une vision « chaleureuse » de la SIbérie.

Publicités

Le théorème du homard – Graeme Simsion

homardRésume: Peut-on trouver une épouse sur mesure ? Le professeur de génétique Don Tillman, génie des sciences mais absolument inapte à vivre en société, en est persuadé. Pour mener à bien son  » Projet Épouse « , il met au point un questionnaire extrêmement détaillé lui permettant d’éliminer toutes les candidates qui ne répondraient pas à ses exigences. Et celles-ci sont nombreuses, car pour Don : la femme idéale NE DOIT PAS
1. Fumer et boire.
2. Être végétarienne et aimer la glace à l’abricot.
3. Se lever après 6 heures.

Mais elle DOIT
1. Faire du sport.
2. Être ponctuelle.
3. Accepter le Système de Repas Normalisé qui prévoit du homard au dîner le mardi.

S’il y a bien une personne qui ne remplit aucun des critères établis, c’est Rosie Jarman, étudiante le jour et barmaid la nuit, dont la vie est aussi désordonnée que celle de Don est méthodiquement organisée…

Chronique: Vous avez surement entendu parler de ce livre, personnellement je l’ai beaucoup vu tourner sur les blogs. L’auteur revisite très habilement la comédie romantique à travers les yeux d’un « Aspie » (personne souffrant du syndrome d’Aperger).

Don est désarmant tant il est 1er degré, sincère, foncièrement honnête et « logique ». Il annonce donc le plus naturellement du monde à ses deux seuls amis qu’il a mis en place un questionnaire infaillible afin de trouver une épouse et se reproduire. Si sa recherche est ardue, lui a le mérite d’être extrêmement honnête envers lui-même et ses prétendantes.

La comédie romantique revisitée

Evidemment rien ne se passe comme prévu, alors qu’il accumule les déceptions avec les candidates à ses questionnaires, il passe de plus en plus de temps avec Rosie qui chamboule son quotidien. Sans comprendre pourquoi, Don se met à consacrer presque tout son temps et son énergie à aider Rosie dans ses test de paternité car la jeune femme ignore qui est son père biologique. Les différentes étapes de la comédie romantique sont respectés avec les quiproquos, rebondissements et les personnages principaux qui comprennent bien tard ce qui leur arrive. Don garde ses méthodes d’apprentissage et d’expérience très scientifiques  mais il les met au service de sa transformation pour être enfin apte à la vie de couple. L’ensemble est très drôle et se dévore en très peu de temps. J’aurais simplement aimer que l’absence de « conventions sociales » de Don l’amène être encore plus caustique.

Au final il s’agit d’une très bonne lecture si on a envie d’un peu de légèreté. Le livre se prêterait bien à une adaptation cinéma (il rend d’ailleurs hommage au cinéma par de nombreuses références). Je lirai avec plaisir la suite L’effet Rosie.