Une adolescence américaine – Joyce Maynard

une-adolescence-americaine

Résumé: Lorsqu’elle témoigne ainsi sur sa génération, au tout début des années 1970, Joyce Maynard a 18 ans. Un article publié dans le New York Times lui avait valu des tonnes de courrier et l’attention de beaucoup, dont celle d’une légende de la littérature, J.D. Salinger, de 35 ans son aîné. Paru un an plus tard, Une adolescence américaine en est la conséquence et la suite. À la fois mémoire, histoire culturelle, et critique sociale, cette série de courts essais établit, avec un étrange mélange de maturité et de fraîcheur, la chronique d’une adolescence américaine durant cette période charnière. 

Chronique: Je suis devenue une grande admiratrice de Joyce Maynard à travers ses romans (L’homme de la montagne, Prête à tout, Les filles de l’ouragan) qui font souvent de le portrait des femmes de sa génération. Cette auteure me semble également attachante rien qu’à travers ses photos de jeunesse ou plus récentes. J’ai donc découvert cet essai qui bien qu’intéressant est un peu long à lire.

En effet, il est précédé de 2 longues préfaces l’une datant de son édition et l’autre écrite à l’occasion de sa traduction pour la France. Il s’agit d’une suite réflexions thématiques rédigées alors qu’elle séjournait chez J.D Salinger qui est pourtant le grand absent de ce livre, elle l’évoquera dans une autobiographie plus tardive: Et devant moi le monde.. Si elle insiste régulièrement sur le fait qu’elle n’est pas une porte-parole elle arrive tout de même à dresser un tableau de quelques grands changements de la fin des années 1960’s: une désillusion à l’égard de la politique et des exploits technologiques (marcher sur la lune), un retour vers la nature chez les étudiants privilégiés et bien sûr des évolutions dans les moeurs.

Joyce Maynard approfondie également des éléments plus personnels: son culte de la maigreur, la volonté de faire partie du « Groupe » ou encore l’importance de la télévision et ses séries télés rassurantes. Sur ce dernier point je rejoins un peu l’auteure, je pense que les séries TV que j’ai regardé étant jeune bien qu’elles ne soient pas d’une très grande qualité ont pu influencer mon imagination tout en donnant une image « prévisible » et donc rassurante de la nature humaine.

J’ai cependant trouvé que cet essai manquait un petit peu de force peut être parce que la jeune Joyce Maynard a tendance à minimiser sans cesse l’importance de son avis et à nuancer en permanence ses propos. Elle est pourtant d’une grande maturité pour son âge. Au final, il s’agit d’un essai intéressant avec quelques échos à ses romans notamment Les filles de l’ouragan même si la lecture a été plutôt hachée pour ma part.

Publicités

3 réflexions sur “Une adolescence américaine – Joyce Maynard

  1. Je n’ai lu qu’un long week end que j’ai beaucoup aime et en ai 2 autres dans ma PAL. Celui ci me tente bien aussi meme si il est a prendre un peu a part dans son oeuvre

  2. De Joyce Maynard je n’avais lu que Prête à tout, que j’avais vraiment aimé alors que j’ai d’habitude du mal avec les personnages principaux antipathiques. Je n’étais pas du tout au courant pour son passé de jeune auteur talentueuse ni qu’elle a eu des contacts avec Salinger! Je le rajoute tout de suite dans ma PAL, en espérant qu’il ne se noie pas dedans. Merci beaucoup pour cette découverte!

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s