De l’autre côté de l’espoir

L_autre_cote_de_l_espoir

C’est la première fois que je regarde un film d’Aki Kaurismäki, un cinéaste finlandais célèbre pour son style très reconnaissable: une vie en scène figée, des décors très « faux » et une certaine mélancolie. Dans ce film il s’intéresse à une amitié assez improbable entre un commerçant qui plaque tout pour reprendre une gargote miteuse et un jeune réfugié syrien. S’ensuit toute une série de péripéties absurdes et touchantes.

Une réflexion sur les apparences

Le réalisateur nous offre un belle réflexion sur les apparences et le comportement que les autres attendent de nous. C’est le cas pour les migrants et les interminables questionnaires auxquels ils doivent répondre en ayant l’air heureux d’être dans leur pays d’accueil sans trop en faire. Le restaurant qu’acquière Wikström est cédé « avec » les serveurs qui font littéralement partie du décor. Dans ce cadre on assiste à un véritable jeu de rôle sur le comportement attendu des employés, les faux semblants, les attitudes propres à chaque métier et un certain effacement de l’individu derrière son « rôle ». Même la Finlande en tant que pays est redécouvert à travers les yeux de Khaled.

Le hasard, les coups de chance et les coups du sort sont multiples dans le film et constitue l’autre  grand thème. Il se matérialise souvent par des rencontres inattendues une entraide et de la solidarité gratuite. Je manque un peu de recul pour saisir le ton des films du réalisateur mais il me semble étonnement optimiste.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s