Dans les angles morts – Elizabeth Brundage

Dans les angles morts

Résumé de éditeur: En rentrant chez lui un soir de tempête de neige, George Clare trouve sa femme assassinée, et leur fille de trois ans seule dans sa chambre – depuis combien de temps? Huit mois plus tôt, engagé à l’université de Chosen, il avait acheté pour une bouchée de pain une ancienne ferme laitière, et emménagé avec sa famille dans cette petite ville étriquée et appauvrie, en passe d’être repeuplée par de riches New-Yorkais. Ce qu’il a omis de dire à sa femme, c’est que les anciens propriétaires, acculés par les dettes, s y étaient suicidés, en laissant trois orphelins, Eddy, Wade et Cole. 

Chronique: Pour son premier roman traduit en français, l’écrivaine affiche des ambitions littéraires de très haut niveau et frappe un grand coup. En effet, ce roman, doté d’une grande finesse psychologique, est une vraie autopsie d’une commune rurale des Etats-Unis à la fin des années 1970.

Le roman s’ouvre sur l’assassinat de Catherine épouse d’un universitaire ayant racheté une ferme marquée par un drame. On s’attend alors à un roman à thèse sur la confrontation entre une population rurale appauvrie et des riches New-Yorkais qui rachètent les terres pour une bouchée de pain. Il n’en est rien.

Les 30 premières pages m’ont dérouté car l’auteure développe un style original dans lequel dialogues qui ne sont pas clairement attribués à chaque personnage.  Elle s’intéresse à  chaque foyer, la description des frères Hale orphelins adolescents livrés à eux-même est poignante. Le quotidien de Catherine auprès de son mari George froid et les problèmes de couples sont légion, les frustrations de chacun emplissent les conversations et le roman est empreint d’une réelle noirceur au risque de paraître un peu déséquilibré tant les sources de malheur sont nombreuses.

De nombreux éléments sociaux tels que des personnages plus ou moins « hippies », les ravages de la drogue ou encore la pratique du spiritisme sont évoqués sans jugement de valeur. Il s’agit d’un roman exigeant qui distille lentement ses analyses psychologiques et sociales. Une vraie découverte et une auteure à suivre, j’espère que ses précédents romans bénéficieront d’une traduction française!

Grand-Prix-des-lectrices-48eme-edition

Publicités