Le malheur du bas – Inès Bayard

Le-Malheur-du-bas

Résumé: « Au cœur de la nuit, face au mur qu’elle regardait autrefois, bousculée par le plaisir, le malheur du bas lui apparaît telle la revanche du destin sur les vies jugées trop simples. » Dans ce premier roman suffoquant, Inès Bayard dissèque la vie conjugale d’une jeune femme à travers le prisme du viol. Un récit remarquablement dérangeant.

Chronique: Inès Bayard livre un premier roman sans concession sur les conséquences d’un viol. A l’image de Chanson douce de Leïla Slimani, la romancière dévoile dès la première page sa fin funeste.

Le roman prend le parti de montrer Marie, une jeune femme de 32 ans violée par un supérieur hiérarchique et qui garde le secret de cette agression. On assiste alors horrifié à la sa souffrance et sa déchéance physique et psychologique qui la mène au bord de la folie. L’aveuglement de son mari et de sa famille est révoltant et donne un autre niveau de lecture au roman.

En effet, au delà du viol et des violences faites aux femmes le roman dresse un portrait au vitriol du couple parisien parfait de classe moyenne-haute entouré d’une famille aimante et d’amis attentifs. Les personnages sont des archétypes de leur époque et le prénom même de Marie illustre la volonté d’Inès Bayard de tendre vers une histoire universelle. Marie, dans son malheur, va se rebeller et prendre amèrement conscience des violences et des pressions imposées aux femmes (sexe, beauté, maternité, partage des tâches dans le couple). En mettant ces idées féministes dans l’esprit d’une femme blessée et en colère, Inès Bayard donne une force très importante à son récit et le rend plus provocateur et perturbant qu’il n’y parait au premier abord.

Un premier roman coup de poing qui ne laisse pas indemne!