The Bookshop – Isabel Coixet

The-Bookshop

Synopsis (Allociné): En 1959 à Hardborough, une bourgade de l’Est de l’Angleterre, Florence Green, décide de racheter The Old House, une bâtisse désaffectée pour y ouvrir sa librairie. Lorsqu’elle se met à vendre le sulfureux roman de Nabokov, Lolita, la communauté sort de sa torpeur et manifeste une férocité insoupçonnée.

Chronique: Ce film « on ne peut plus british » a pourtant été réalisé par une Espagnole et a obtenu plusieurs Goya dont celui du meilleur film et de la meilleure réalisatrice. Il s’agit de l’adaptation du roman de Penelope Fitzgerald parfois traduit sous le titre L’affaire Lolita . L’histoire est simple et douloureuse: Florence, une âme pure n’a qu’un rêve, celui d’ouvrir une librairie à Hardborrough petit village de pêcheurs à l’Est de l’Angleterre.

The-Bookshop-Livraison

Contrairement à ce que l’on pourrait imaginer,  il ne s’agit absolument pas d’un Feel-Good Movie dans lequel la libraire viendrai miraculeusement au bout de tous les préjugés et mettrait tout le village à la lecture. Il s’agit plutôt du portrait d’une femme courageuse et pragmatique qui tente de réaliser son projet. En creux, se dessinent les portraits de personnages plein de lâcheté et d’étroitesse d’esprit (banquier, journaliste dilettante) et surtout Lady Violet (Patricia Clarkson, second rôle très en vue House of Cards, Sharp Objects) qui se découvre un soudain intérêt pour ce local déserté depuis des années. Le gentleman Edmund Brundish (Bill Nighy) et la jeune Christine apportent un peu de douceur au quotidien de Florence.

emily--bill

Avec pudeur et une certaine économie de scènes, la réalisatrice nous offre un film très délicat. Les paysages sont magnifiques et les scènes d’intérieur mettent en valeur le patrimoine local. En revanche j’ai cru voir quelques coquilles dans les sous-titres et  je trouve que la diffusion et la promotion ont été minimales en France pour un film primé qui a un beau potentiel pendant les vacances de fin d’année.