Les testaments – Margaret Atwood

Les testaments Margaret Atwood

Résumé de l’éditeur: 15 ans après les événements de La Servante écarlate, le régime théocratique de la République de Galaad a toujours la mainmise sur le pouvoir, mais des signes ne trompent pas : il est en train de pourrir de l’intérieur.
À cet instant crucial, les vies de 3 femmes radicalement différentes convergent, avec des conséquences potentiellement explosives. Deux d’entre elles ont grandi de part et d’autre de la frontière : l’une à Galaad, comme la fille privilégiée d’un Commandant de haut rang, et l’autre au Canada, où elle participe à des manifestations contre Galaad tout en suivant sur le petit écran les horreurs dont le régime se rend coupable. Aux voix de ces deux jeunes femmes appartenant à la première génération à avoir grandi sous cet ordre nouveau se mêle une troisième, celle d’un des bourreaux du régime, dont le pouvoir repose sur les secrets qu’elle a recueillis sans scrupules pour un usage impitoyable.

Chronique: J’ai adoré la première saison de la série La servante écarlate ce qui m’a mené à lire le roman que j’avais beaucoup aimé également. Je trouve que la série perd en qualité au fil des saisons et l’effet de sidération qu’avait provoqué chez moi la première saison décline au profit de rebondissements toujours plus spectaculaires. Lorsque j’ai appris qu’à l’âge de 79 ans, Margaret Atwood s’est attaqué à une suite qui se déroule 15 ans après La servante écarlate j’étais très enthousiaste et je n’ai pas été déçue!

La servante écarlate était un extrait de confessions d’une femme ordinaire prise dans la tourmente de ce nouveau régime. Cette suite se paye le luxe d’apporter plus de détails sur le régime: sa naissance, ses principaux acteurs ainsi que ses corruptions qui le rongent à travers une tante Lydia (très différente de la série). La situation politique dans les pays frontaliers de Galaad et l’organisation de Mayday sont également développés.

Un vrai page-turner

D’un point de vue narratif, c’est un vrai page-turner. Je me suis particulièrement attachée à Daisy jeune adolescente doté d’un fort caractère et d’une spontanéité bienvenue dans la contexte parfois lourd. Le parallèle entre l’éducation, le vocabulaire et les sentiments des deux jeunes filles sont très intéressants et touchants. Derrière une apparence sobre (un journal intime politique et les témoignages des deux jeunes filles), le roman se révèle plein de suspense et prend des allures de thriller et de roman d’espionnage. Il faut également saluer le travail de la traductrice, même si je ne suis pas d’accord avec tous ses choix notamment l’emploi de Galaad au lieu de Gilead auquel je m’étais habitué dans la série.

« Pour passer le temps, je me suis fait des reproches. Stupide, stupide, stupide: j’avais cru à tout ce bla-bla sur la vie, la liberté, la démocratie et les droits de la personne, que j’avais absorbé comme une éponge à la fac de droit. C’était des vérités éternelles que nous défendrions toujours . j’avais compté là-dessus, façon gri-gri magique. »

Une réflexion sur “Les testaments – Margaret Atwood

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s