C’est pour ton bien – Patrick Delperdange

CVT_Cest-pour-ton-bien

 

Résumé de l’éditeur: Camille avait tout pour être heureuse. Une intrigue à résoudre en deux nuits blanches. Depuis quelque temps, Pierre est nerveux. De plus en plus agressif. Les discussions s’enveniment très vite, et se terminent mal. Camille ne reconnaît plus l’homme qu’elle vient d’épouser. Serait-il capable de franchir les limites de l’irréparable ? De devenir une bête sauvage ? Un jour Camille disparaît. 

Chronique: Comme dans beaucoup de cas de violence conjugale, la situation dégénére au moment de la grossesse de Camille. Son compagnon, antipathique, stressé par son travail et peu présent se montre violent et abusif.

Une photographie de la société

La disparition de Camille est un catalyser qui questionne son entourage. Ce roman est aussi un drame de l’ultra moderne solitude: sur qui peut compter Camille en cas problème? Qui est réellement informé de ses problèmes conjugaux?  Son amie Maëlle? Son frère en froid avec elle? Au bout de combien de jours sa disparition sera-elle prise au sérieux? Quelle est la part de vérité dans le témoignage de Pierre? Le narrateur ne nous offre que très peu d’informations sur les personnages en particulier Pierre ce qui rend difficile toute hypothèse de la part du lecteur. On est ainsi dans la vaine du domestic thriller qui nous rappelle que l’on peut ignorer beaucoup de choses que le huis-clos d’un couple.

Patrick Delperdange excelle dans l’analyse sociale et psychologique de cette disparition et fait vivre une galerie de personnages symbolique d’Antoine le SDF en quête de rédemption à l’enquêtrice maghrébine efficace. C’est très agréable de voir la littérature francophone se saisir de ces thèmes et les traiter avec justesse et sobriété.

C’est aussi un roman sur le poids du passé, les rancœurs et une certaine possibilité de resilience.

Je remercie les Editions Les Arènes pour cet envoi! 

Le Mars Club – Rachel Kushner

kushner_le_mars_club

Résumé: Romy Hall, 29 ans, vient d’être transférée à la prison pour femmes de Stanville, en Californie. Cette ancienne stripteaseuse doit y purger 2 peines consécutives de réclusion à perpétuité, plus six ans, pour avoir tué l’homme qui la harcelait. Dans son malheur, elle se raccroche à une certitude : son fils de 7 ans, Jackson, est en sécurité avec sa mère. Jusqu’au jour où l’administration pénitentiaire lui remet un courrier qui fait tout basculer.

Chronique: Rachel Kushner signe un roman très visuel et extrêmement fort qui commence par une scène de transfert de prison épique et cinématographique. La peine à perpétuité que purge la principale narratrice et ses souvenirs souvent douloureux donnent d’entrée le ton: dramatique et sans pathos. Ainsi, elle réussit là où la série Orange is the New Black m’avait mise mal à l’aise par son mélange de comédie et d’éléments plus trash. Romy est une narratrice vive et intelligente qui ne s’épargne pas.

Un portrait des white-trash?

Romy semble être relativement marginale. Elle entretient une relation conflictuelle avec sa mère, elle a des moyens très limités pour faire vivre son fils et  travaille au Mars Club un club de strip-tease miteux. Elle est dans un position fragile bien qu’elle soit dotée d’un certain potentiel intellectuel. Elle une proie facile pour le système judiciaire états-unien. La manière dont elle décrit son avocat commis d’office est à la fois comique et révoltante. Néanmoins, l’auteure nous montre à quel point elle ne fait pas partie des plus marginaux.

Le San Francisco 1980 et 1990 est décrit à travers ses quartiers pauvres, point de ventes des dealers et club de strip-tease crasseux. Pourtant même ces quartiers sont sujets à la gentrification regardée avec mépris par Romy.

Rachel Kushner excelle dans sa démarche de raconter le  point de vue des exclus et des marginaux du rêve américain. En parallèle d’autres histoires plus mineures sont développées, elles viennent sans doute illustrer des thèmes chers à l’auteure (l’échec, le retour à la nature) mais peu approfondis qui restent marginaux par rapport à l’histoire de Romy et ne sont pas une grande réussite.

« En fin de compte, elle était vraiment malheureuse, l’actrice dont je porte le prénom. Son fils avait escaladé un portail, s’était perforé une artère fémorale et il était mort. Il avait quatorze ans. Après quoi elle n’avait pas arrêté de boire, jusqu’à en mourir à quarante-trois ans. J’ai vingt neuf ans. quatorze années c’est une éternité si c’est ce que je dois vivre. (…) Je n’ai pas l’intention de vivre longtemps. Ni brièvement d’ailleurs. Je n’ai aucun projet. Le problème c’est qu’on continue d’exister qu’on en ait l’intention ou pas, jusqu’à ce qu’on cesse d’exister, et alors, les projets ne riment plus à rien. Mais ne pas avoir de projets ne signifie pas que je n’ai pas de regrets. Si seulement je n’avait pas travaillé au Mars Club. Si seulement je n’avais pas rencontré Kennedy le pervers. Si seulement Kennedy le pervers n’avait pas décidé de me traquer. Mais il a décidé de le faire et s’y est appliqué implacablement. Si rien de tout cela n’était arrivé, je ne serais pas dans la bus, en route pour une vie dans un trou en béton. »